Comprendre ce qu’il se passe pour ne plus être un parent épuisé et dépassé … ou en tous cas moins souvent 😉

Lors de mes RDVs d’accompagnement individuels, cette thématique de “l’enfant insupportable” revient sans cesse. Et j’avais très envie de te partager aussi dans cet article des éclairages pour que tu comprennes un peu mieux ce qu’il se passe si tu vis ça aussi chez toi.

Il existe plusieurs pistes pour apaiser votre relation … Tout d’abord, bravo à toi, d’avoir osé faire cette recherche qui t’a conduit sur cette page et bravo à toi de faire un premier pas vers ce tabou tellement lourd à porter de la parentalité subie. Et rassure toi, cette situation est vécue par BEAUCOUP plus de parents que tu ne le penses! À commencer par moi! On ne crée pas le Club des parents dépassés par hasard !  Il y a 8 ans, quand ma fille de 4 ans faisait crises sur crises et que ses sœurs jumelles de 8 mois faisaient des terreurs nocturnes, je n’avais qu’une envie, fuir fuir fuir tellement je ne supportais plus cette vie de parent infernale. Et même ceux qui ont l’air de bien gérer vivent ce genre de choses et d’émotions ! Ça ne règle pas ton problème tu me diras, mais parfois ça aide de savoir que l’on n’est pas seul(e) …

Le burn-out maternel/parental (ou l’épuisement maternel/parental) est un sujet délicat. Ma démarche face à une situation est très souvent de tenter de déceler l’origine de la difficulté pour essayer de trouver la réponse et la solution la plus appropriée. Dans le cas du burn-out, comment mettre le doigt sur l’origine?

Le burn-out, est un état d’épuisement et de stress extrême. Quand on en arrive à ce stade et à ne plus supporter son enfant est-ce à cause de son comportement, que l’on trouve difficile à supporter, que l’on ne comprend pas et donc que l’on ne gère pas comme on le voudrait? Ou est-ce notre comportement à nous les parents qui stresse notre enfant qui par conséquent commence à se comporter de manière inappropriée? Le stress de qui déclenche ce cercle vicieux? Sans doute un peu des 2 à la fois jusqu’à ce que l’on ne sache plus par ou prendre le problème …

Sans parler de l’ombre de plus en plus pesante de la culpabilité et du jugement qui s’installe lentement mais sûrement et qui viennent finir de parfaire cette situation tellement douce et agréable, n’est-ce pas?!

Le mauvais stress (parce qu’il existe quand même aussi le “bon” stress) et la fatigue (voire l’épuisement) sont pour moi les ennemis jurés des familles! Et je constate tous les jours les effets qu’ils peuvent provoquer sur nos cerveaux et donc sur nos attitudes À TOUS, parents comme enfants. Les enfants peuvent faire des crises, (se) taper, (se) mordre, jeter des jouets … Et nous les parents pouvons aussi crier, secouer, taper, avoir envie de partir et de tout quitter.

Et depuis que j’ai identifié ce stress et ce manque d’énergie comme la source de nos crises et conflits familiaux il est sous haute surveillance aussi bien chez moi que chez les familles que j’accompagne …

 

Comment canaliser ce stress pour nous, les parents et retrouver plus d’énergie?

La première piste de solution est une combinaison de 2 actions conjointes, et qui aident énormément de parents : PRENDRE SOIN DE TOI  + AMENER TES ENFANTS VERS LE PLUS D’AUTONOMIE POSSIBLE

Quand on devient parent, c’est une évidence le temps manque tout le temps et il faut tout le temps s’occuper de quelqu’un d’autre. Et si l’on n’y prend pas garde on finit par ne plus s’accorder suffisamment de temps, voire carrément plus du tout … Et si ta batterie est à plat et que tu n’as plus d’énergie, tu auras beaucoup de mal à gérer et même juste supporter n’importe quelle situation ou comportement.

Ce que j’entends le plus souvent quand je dis ça c’est “je n’ai pas le temps” … et on est bien d’accord que ce temps aujourd’hui “il n’existe pas”! Il va falloir le créer. Comment?

1- En remplaçant des tâches du quotidien par des moments pour toi, même juste 5 min par jour  Commence déjà par prendre le temps de faire une liste d’au moins 5 choses qui te feraient du bien : bain, boire un verre avec une amie/ma moitié, lire un livre, faire du sport, faire une sieste … Je ne te connais pas, je ne sais pas ce que tu aimes et ce qui te réconforte ni te dynamise alors adapte cette liste à tes goûts et à ta personnalité. L’idée est de mettre sur cette liste des choses qui te détendent et qui sont des loisirs, pas d’autres tâches encore du genre, mettre à jour ma paperasse, nettoyer tous mes placards ou autres ! Ensuite, dans les prochains jours et/ou semaines mets des choses en place pour pouvoir faire les activités de ta liste.

Et en effet, le temps n’est pas étirable et il n’y a que 24h dans une journée et 7 jours dans une semaine c’est pourquoi on doit souvent remplacer une tâche par un loisir ! Ça n’est pas si simple à faire et ça peut prendre du temps. Par ex, si un de tes loisirs est d’aller courir cela demandera plus d’organisation (trouver une baby-sitter notamment) que de juste se faire couler un bain. Mais fais une action par jour pour rendre possible ce loisir et ce sera déjà PRENDRE SOIN DE TOI. Et, autre ex, si pour toi il n’est aujourd’hui pas concevable de prendre 30 min pour lire un bon livre alors que tu as tonne de linge à repasser, il te faudra peut-être du temps pour lâcher-prise sur le repassage …BREF, L’IDÉE ICI EST DE COMMENCER À FAIRE DE TOI UNE PRIORITÉ! Tout simplement parce que si toi tu t’écroules, qui va tenir la barque? Si tu t’écroules au point de ne plus pouvoir bouger, est-ce que vraiment du linge pas repassé sera le plus important?

2- En rendant tes enfants de plus en plus autonomes afin de te dégager plus de temps encore. Il existe pleins d’outils et de techniques, que je transmets en transformation individuelle, super faciles et efficaces à mettre en place pour amener tes enfants à faire leur routine du matin et du soir en autonomie, à trouver seul(e) de quoi s’occuper quand ils s’ennuient, à respecter des temps calme de sieste ou de repos, à accomplir certaines tâches de la maison … en plus de te libérer du temps, toutes ces actions, amenées progressivement et selon l’âge, participent à la construction de la confiance en soi des enfants et alimentent leur sentiment d’appartenance et de contribution à leur famille. Oui tu as bien lu : mettre toutes ces choses en place te libère du temps pour toi ET en plus fait grandir leur confiance. Pourquoi s’en priver ?!?!?!!?!?!?!?!?

Tout ceci dans le but de déjà recharger tes batteries, te sentir plus serein(e) face aux crises de ton enfant et pouvoir ensuite enclencher d’autres changements.  Tu peux même d’ailleurs aussi leur dire que tu es très fatigué(e) ACTUELLEMENT et qu’à partir d’aujourd’hui tu vas faire les choses différemment afin de retrouver de l’énergie. Même très petits et à 18 mois, les enfants peuvent tout à fait sentir l’intention derrière ce que tu leur dis. Et ton intention est bonne : tu veux que votre vie à tous s’améliore !

Comment canaliser ce stress et cette fatigue pour nos enfants et les apaiser?

Ces 2 solutions sont une première piste vraiment très efficace à explorer et un excellent point de départ qui aura déjà des effets sur toi bien évidement et aussi des effets sur le comportement de ton/tes enfants car en effet, si tu es moins stressé(e), tu lui transmets moins de stress et donc forcément son comportement sera différent.

Sache maintenant que les crises des enfants et nos réactions face à ces crises ont de multiples sources et donc de multiples autres solutions. C’est d’ailleurs ce que nous faisons en accompagnement individuel : chercher toutes les sources de comportement inapproprié et leur trouver des solutions adaptées.

On l’a évoqué aussi un peu plus haut, les jeunes enfants, sous l’effet du stress peuvent adopter toutes sortes de comportements que l’on peut juger inappropriés. Ils peuvent faire des crises, (se) taper, (se) mordre, jeter des jouets, cracher … et parfois même, oui, s’agresser eux-mêmes physiquement … ce que 2 de mes filles ont fait quand elles étaient petites … assez difficle à regarder et tellement d’impuissance face à cette situation …

Quand j’observe cela dans les familles aujourd’hui, une seule consigne : faire baisser ce stress. Selon l’âge des enfants, s’il parlent ou non, on tâtonne un peu parfois avant de trouver ce qui est efficace pour chacun. Et c’est le même principe que pour ta liste des 5 choses qui te font du bien. Eux aussi ont la leur et l’idée est de trouver ce qui leur fait du bien. Son doudou, bisous, chatouillis dans le dos, écouter une histoire, chanter des chansons, danser comme des fous … tout ce qui peut apaiser et faire recharger la batterie avant de faire quoi que se soit d’autre. Quand il fait des crises ton enfant ne cherche pas à te nuire, il t’envoie le message “j’ai perdu le contrôle, aide moi à me calmer”. Là aussi on peut leur parler, leur dire qu’on est là, qu’on va les accompagner et chercher avec eux comment faire pour leur apprendre à gérer leur stress.

Ensuite, on observe parfois que les enfants ont des comportements difficiles à supporter et inappropriés quand ils sont en manque de leur parent. Dans ces cas là, Ils ne cherchent pas non plus à nuire à leur parent, ils cherchent à attirer l’attention et te disent “regarde moi, je suis là, parle moi”. On passe beaucoup de temps avec nos enfants pour la vie de tous les jours mais pas nécessairement pour jouer et échanger avec eux, en se regardant, en s’accordant de l’attention … Et les enfants ont pourtant extrêmement besoin de ces échanges. L’idée serait donc de ne plus juste vivre “en parallèle” mais de partager nos vies. Et ton cerveau est peut-être déjà en train de stresser à l’idée de passer des heures avec ton enfant et donc à avoir encore moins de temps!

Rassure-toi tout de suite, peu de temps suffit du moment que c’est en pleine attention et vraiment centré sur lui. 15 min au gouter à papoter avec lui de ses kiffes du jour ou 15 min d’histoire au coucher ou 5 min de danse et de chant ensemble et ça peut suffire !

C’est parfois difficile à faire surtout quand on a de plus en plus de mal à les supporter et que l’on n’a plus vraiment envie d’être avec eux tellement il nous énervent. J’en sais quelque chose, encore une fois, on ne crée pas le Club des parents dépassés par hasard ! Avec ma fille ainée les journées viraient à l’enfer avec plus de 10 crises par jour… clairement je n’avais pas du tout envie de passer plus de temps avec elle ! C’est pour cela que je te recommande d’abord de prendre soin de toi …  c’est ce que j’ai d’abord fait, en la mettant plus à la crèche, à la cantine, en la confiant à son père ou à la famille, pour passer du temps à recharger d’abord ma propre batterie et ainsi être plus en capacité d’absorber ses crises et ses besoins. Et j’ai d’abord choisi de ne passer que des temps courts avec elle, juste des 5 min pour lire une histoire ou dessiner ou jouer à un jeu que moi aussi j’aimais, pas juste elle. Et petit à petit, je me suis sentie de plus en plus capable de passer 10 min, puis 30 min, puis 2h …

Et en comblant ainsi chez eux ce “besoin de nous”, en étant nous-même capable de le faire, on aide progressivement notre enfant à s’apaiser. Et cela devient une belle chaine de transmission d’énergie positive plutôt qu’un cercle vicieux d’énergie négative.

Encore une fois, je sais qu’aujourd’hui tu pourrais me répondre que tu n’as pas le temps. C’est exactement ce que j’ai dit moi-même à l’époque quand on m’a dit de d’abord m’occuper de moi!

Si c’est le cas, réfléchis juste à, aujourd’hui, combien de temps tu passes à gérer les crises et les colères? 15 min? 1h? 4h? Et si ce temps tu le passais plutôt à prendre soin de toi et/ou à faire un jeu avec ton enfant, regarder un dessin animés ou lire une histoire? N’est-ce pas du temps plus agréablement passé? Ce temps il existe, mais il est utilisé ailleurs, à des choses plus négatives … ça peut aider de le voir comme un transfert de temps plutôt que comme du temps à rajouter 😉

En résumé, 1 – Prends soin de toi, 2 – Rends ton enfant autonome et

3 – Passe un temps à interagir avec ton enfant

= faire baisser le niveau de stress de tout le monde et rendre ainsi la vie de famille beaucoup plus supportable

Pour l’avoir vécu personnellement, je rajouterai enfin que même quand on prend déjà soin de soi et de ses enfants en passant du temps avec eux, il peut tout de même nous arriver d’être complétement épuisé(e) et de nous sentir dépassé(e). Dans ces cas là, pas 50 solutions … soit ce que je fais n’est pas réellement ce qui me fait du bien et je dois réfléchir à une nouvelle liste d’activités pour prendre soin de ma batterie, soit ce sont les bonnes choses et je dois les faire encore plus ! 😉

Sortir de cette situation et retrouver bien-être et sérénité en famille est plus que possible et je te félicite de vouloir commencer aujourd’hui ! Tout ça prendra du temps alors laisse toi ce temps pour mettre ça en place … Une action à la fois … et un progrès à la fois …

Dans tous les cas, c’est possible, je l’ai fait il y a maintenant 8 ans. Aujourd’hui, on fait des temps calme de 2h, mes filles font les tâches ménagères, font seules leurs devoirs et leur routine le soir quand elles rentrent de l’école, respectent et comprennent ce que veulent dire les mots temps et espace pour soi et les temps que l’on passe ensemble maintenant sont des temps de kiffe, de balade, de jeu, de dessin-animé, de papoti, … si on m’avait promis ça il y a 8 ans, quand je pleurais tous les jours, je ne l’aurais jamais cru. Et pourtant c’est bien ma réalité aujourd’hui  et celle d’autres familles que j’accompagne chaque jour à faire et à voir que ça peut être beaucoup plus facile d’être parent. Garde confiance en toi et en ta famille : vous allez trouver une solution 🙂

Et si tu ressens le besoin d’être épaulé(e) pour ça, parce que tu sens que là c’est devenu vraiment trop et que tu veux que les choses changent. Si tu sens que ce n’est pas ça que tu voulais pour toi, ton enfant, ta famille,  tu peux prendre RDV et démarrer aujourd’hui une vraie et profonde transformation vers le parent que tu as vraiment envie d’être

Tu peux aussi t’inscrire ici à mon programme GRATUIT “Ça peut être plus facile d’être parent”  : 10 étapes guidées pas à pas pour faciliter ton quotidien 😀

Et pour t’illustrer mes propos et compléter “de vive voix”, voici une vidéo que je t’invite fortement à regarder. 

Pin It on Pinterest